Je voudrais voir Jésus

La ville royale d’Hérode, un jardin de fleurs et de parfums, la capitale du parfum à la mode, le N°5 de Coco Chanel de l’époque, des caravanes, des marchands, des mendiants, des collecteurs d’impôts. Jésus arrive avec ses disciples. Une foule dense l’accompagne ne laissant pas facilement la possibilité de l’approcher et de le voir. Deux hommes rejetés pour des raisons différentes, veulent le voir à tout prix et pour cela ils doivent surmonter plusieurs problèmes : Bartimée, un aveugle malgré les réactions négatives de la foule dont il dépend pour vivre, crie pour être guéri ; Zachée un homme de petite taille, chef des inspecteurs d’impôts malgré sa position sociale et le risque de ridicule si on le voit, monte dans un arbre pour pouvoir voir Jésus. Nous trimbalons tous des handicaps, des blessures et des cicatrices douloureuses. Ces hommes étaient prêts à tout pour rencontrer le Seigneur. Et cette rencontre va bouleverser leur vie. Que faisons-nous de la grâce de Dieu ? D’une certaine façon, aujourd’hui Dieu passe près de chacun de nous, il s’est souvenu de nous et il balaye nos craintes, à nous de l’accepter pleinement dans nos vies et de réellement nous mettre à le suivre. Reconnaissons que nous avons besoin de lui. L’exemple du théologien luthérien allemand Dietrich Bonhoeffer qui à écrit le livre  »Le prix de la grâce », en allemand « nachfolgen » c’est-à-dire  »la suivance », illustre bien le sens de la vie de disciple du Christ. Cela a été l’expérience de Dietrich Bonhoeffer, pourquoi ne serait-elle pas la nôtre ? Aujourd’hui nous entendons la voix de Jésus nous demander de nous hâter de descendre de nos certitudes, de nos cachettes, de nos craintes car il veut habiter chez nous. A nous de lui ouvrir pleinement la porte de nos vies !