La place de Dieu, la place de l’homme

Genèse 50.

Joseph a été haï, puis vendu comme esclave par ses frères, jeté en prison, et s’est retrouvé, de façon incroyable, gouverneur d’Égypte. Alors, après la mort de leur père Jacob, les frères de Joseph craignent que ce dernier leur fasse payer tout le mal qu’il a subi. Ils vont implorer le pardon et la clémence de Joseph, qui a cette réponse surprenante : « Suis-je à la place de Dieu ? »

Quelle est la place de Dieu ? Et, en miroir, quelle est la place de l’Homme ?

Le livre de la Genèse aborde ces 2 questions, de la création en Genèse 1, jusqu’à l’épilogue de Genèse 50. Dieu exerce la providence en préparant tout chose pour l’Homme, en le bénissant. Et c’est aussi lui qui exerce le jugement. L’Homme a été créé à l’image de Dieu, pour être le représentant de Dieu sur terre, et pour prendre soin du monde, et pour bénir le monde (« tu deviendras une source de bénédiction pour d’autres » Gen 12 :2).

Par sa réaction de pardon face à ses frères, et en refusant d’exercer le jugement, Joseph prend pleinement sa place d’Homme, appelé à prendre soin et bénir (« Il les rassura et leur parla affectueusement » Gen 50 :21). Le « suis-je à la place de Dieu » de Joseph fait face à la tentation initiale de Genèse 3, où le serpent dit à Eve : « vous serez comme Dieu » (Gen 3 :4).

« Ne rendez pas le mal pour le mal, ni l’injure pour l’injure. Répondez au contraire par la bénédiction car c’est à cela que vous avez été appelés, afin de recevoir vous-même la bénédiction. » (1 Pi 3 :9). Nous avons été appelés à répondre par la bénédiction, et ce depuis la création du monde. C’est là notre rôle.